Israël : Natalie Portman ne veut pas être associée à Netanyahou… par Sonya V

Comme on la comprend…

 

Quelle personne sensée voudrait être associée à cela ?

« Au total, 45 Palestiniens ont été tués depuis le 30 mars et le début d’un mouvement de contestation massive appelé « la grande marche du retour ». » (france info, « Gaza : quatre Palestiniens tués par des tirs israéliens », 28.04.2018)

 

« L’actrice américano-israélienne ne se rendra pas en Israël fin juin. Elle devait recevoir un prix prestigieux parfois appelé le « Nobel juif ». Elle ne souhaite pas être associée au Premier ministre Benyamin Netanyahou. … »

LIRE L’ARTICLE : http://fr.euronews.com/2018/04/21/nat…

 

 

Des précisions trouvées dans deux articles du Parisien et du Monde :

 

Extraits (Le Parisien, « Natalie Portman : en désaccord avec netanyahou, elle provoque la colère des conservateurs israéliens », 25.04.2018) :

« Les positions anti-Netanyahou de Natalie Portman ne passent pas auprès des conservateurs israéliens. Vendredi, l’actrice a annoncé qu’elle ne se rendrait pas en Israël pour recevoir le prix Genesis, parfois appelé le « prix Nobel juif ».

La raison ? Natalie Portman ne souhaite pas être associée au Premier ministre Benyamin Netanyahou, qui devait parler lors de la cérémonie.

(…)

« J’ai choisi de ne pas participer parce que je ne voulais pas apparaître comme soutenant Benyamin Netanyahou, qui devait faire un discours à la cérémonie »

(…)

« Mais les mauvais traitements de ceux qui souffrent des atrocités d’aujourd’hui ne sont simplement pas en accord avec mes valeurs juives. Parce qu’Israël m’est cher, je dois m’opposer à la violence, à la corruption, aux inégalités et à l’abus de pouvoir ». »

 

Extraits (Le Monde, « La charge de Natalie Portman contre Benyamin Nétanyahou », 25.04.2018) :

« Natalie Portman avait accepté le prix Genesis, doté de 1,6 million d’euros, en décembre 2017. Il a récompensé par le passé l’acteur Michael Douglas ou l’ex-maire de New York Michael Bloomberg. La presse israélienne se confond en spéculations sur les raisons de son revirement. « Malgré ses efforts pour minimiser la signification de son geste, écrit le journaliste Chemi Shalev dans le quotidien Haaretz, Portman est comme un canari dans une mine de charbon pour les soutiens libéraux d’Israël partout dans le monde. » C’est-à-dire qu’elle pourrait ouvrir la voix à d’autres personnalités critiques qui ne craindraient plus d’être accusées d’hostilité à Israël.

(…)

Sans surprise, la droite lui a adressé de vives critiques. L’actrice a été accusée d’être contaminée par la propagande du Hamas. La ministre de la culture, Miri Regev, a estimé qu’elle était « tombée dans les bras » de la campagne BDS.

Mais d’autres voix se sont fait entendre. La députée Rachel Azaria, de la formation de centre-droit Koulanou, a vu dans le geste de l’actrice un « signal d’avertissement », le symptôme d’un divorce en cours entre une grande partie de la diaspora et la droite israélienne. « Elle exprime les voix de nombreuses personnes dans la communauté juive américaine, et particulièrement celles de la plus jeune génération », dit-elle. »

 

JPEG - 63 ko
Natalie Portman – Star Wars
JPEG - 114 ko
Natalie Portman – Cannes 2005
JPEG - 153.6 ko
Natalie Portman – V for Vendetta

 

Natalie Portman dans V for Vendetta – musique de Piotr Ilitch Tchaïkovski (Ouverture solennelle 1812)

 

« V pour Vendetta (V for Vendetta) est un film américanogermanobritannique, réalisé par James McTeigue, sorti en 2006, et adapté par les Wachowski du comic V pour Vendetta d’Alan Moore et David Lloyd, publié aux États-Unis par Vertigo, filiale de DC Comics.

L’action se situe à Londres dans une société dystopique, où un combattant de la liberté se faisant appeler « V » cherche à mettre en place un changement politique et social en menant une violente vendetta personnelle contre le gouvernement fasciste en place. La distribution se compose notamment de l’acteur australien Hugo Weaving dans le rôle de V, de l’actrice américaine Natalie Portman dans le rôle d’Evey Hammond et des acteurs britanniques John HurtStephen Rea et Stephen Fry. » … (Wikipédia)

 

« L’Ouverture solennelle 1812 en mi bémol majeur, op. 49, également appelée L’Année 1812 ou Ouverture 1812, est une ouverture solennelle de Piotr Ilitch Tchaïkovski, composée entre septembre et novembre 1880 pour commémorer la victoire russe dans les guerres napoléoniennes. » … (Wikipédia)

L’Ouverture solennelle 1812, Fedoseyev, Orchestre Symphonique de Radio Moscou, 1997 : 

 

 

Bibi t’es foutu, Natalie est dans la rue !

Bibi t’es foutu, Natalie est dans la rue !

 

Laisser un commentaire